Qu'en est-il de la législation sur le cannabis?

D'après la plupart des observateurs, les décideurs et les sociétés se trouvent aujourd'hui à une croisée de chemins en ce qui concerne les politiques à adopter vis à vis du cannabis et d'autres substances à effets psychotropes. Entre contrôle et libre marché, les choix devraient déterminer des perspectives fort différentes pour l'avenir (Drug futures 2025 ? Executive summary and overview & The scenarios , 2006).

 

Législation

 

Les historiens suggèrent que la résolution de la Société des Nations (SDN) désignant le cannabis comme "aussi dangereux que l'opium" à la deuxième conférence de Genève sur l'opium (1924 - 1925) n'a probablement pas été la décision la mieux informée qui a été prise par cette institution (Kendell R, 2003 [arrow_up]). Les efforts pour contrôler la culture et le commerce des produits de cette plante ubiquitaire aboutissent actuellement à un constat d'échec: sa consommation tend à se généraliser parmi les adolescents. Des groupes d'intérêts commerciaux et financiers expriment leur impatience: auront-ils à l'avenir un rôle aussi déterminant que celui, historique, des producteurs d'alcool? Certains analystes voient aussi dans la demande de produits psychoactifs des opportunités lucratives pour les groupes pharmaceutiques (Drug futures 2025? Executive summary and overview, 2006). D'après ces travaux, il existe une possibilité réelle que l'usage se répande parmi les États d'adapter les politiques internes sur les psychotropes en fonction de considérations de compétitivité internationale (comme ce fut d'ailleurs le cas au XIXe siècle avec les dérivés de l'opium).

Plus que sur la dépénalisation, qui ne semble pas avoir d'effets significatifs sur la consommation de cannabis, le débat porte aujourd'hui sur les modalités et conséquences possibles d'une régulation de la consommation: la levée des prohibitions sur les ventes pourrait avoir des effets plus importants que la dépénalisation, en particulier du fait de la promotion active attendue de la part des fournisseurs devenus légaux (MacCoun R, Reuter P, 2001 [arrow_up]).

De façon plus immédiate, les nombreuses études récentes qui remettent en question l'innocuité de l'usage du cannabis ont pour l'instant surtout des implications sur l'accent qui devrait être mis dans la détection précoce et le traitement des consommations à risque.

En outre, alors que d'autres facteurs importants pour la santé tels que le régime, l'exercice, la consommation de tabac, le statut socio-économique, etc. bénéficient d'importantes études longitudinales, il est frappant de constater à quel point la recherche sur la consommation de cannabis demeure défavorisée en termes d'investissement de ressources (Pollack HA, Reuter P, 2007 [arrow_up]).

Certains économistes estiment qu'une légalisation augmenterait la consommation de cannabis, surtout chez les consommateurs hebdomadaires et quotidiens, tout en réduisant la consommation d'alcool (Clements KW, Daryal M, 2003). On observe pourtant de plus en plus en pratique une consommation simultanée de ces deux substances plutôt qu'une substitution de l'une par l'autre. D'autres travaux d'économie de la santé tendent à prouver que le cannabis et l'alcool se comportent comme compléments plutôt que comme substituts, et qu'une augmentation du prix de l'alcool diminuerait la consommation d'alcool et de cannabis (Williams et coll., 2003 [arrow_up]).

Les choix en matière de politiques publiques sont d'autant plus difficiles que notre connaissance des facteurs qui déterminent la consommation de substances psychotropes est encore faible, en particulier en ce qui concerne les grandes mutations sociales et culturelles, y compris les divers processus dits de globalisation. Ces mutations ont pourtant des effets importants: en France par exemple, la transition d'une économie agro-industrielle à une économie de services a vu une réduction importante de la consommation d'alcool, qui est loin d'être entièrement compensée par une augmentation de la consommation de médicaments à effet psychotrope et de drogues illégales. A une toute autre échelle et de façon inverse, catalysée par Internet, une remarquable diffusion de semences et de connaissances scientifiques et techniques a eu des effets importants sur la culture clandestine ou semi-clandestine du cannabis dans les pays industrialisés.

Plusieurs États ont commissionné des études sur les effets d'une régulation du commerce et la consommation de chanvre.


Références

  • icon L'App Stop-cannabis-ch pour Iphone/Android (Gratuit)
  • icon SafeZone.ch
   

SafeZone.ch

SafeZone.ch est un portail web pour la consultation en ligne sur les problèmes d’addiction destiné aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel-le-s et à toute personne intéressée. Les offres de consultation sont gratuites et anonymes. SafeZone.ch est une prestation de l'OFSP en collaboration avec les cantons, les services spécialisés dans les addictions et d'autres partenaires.

 
bandeau bottom
 

Documentation

brochure_cannabis2

Brochures - Livres

 

www.stop-tabac.ch