Cannabis et conduite: danger!

La consommation de cannabis est à l'origine de nombreux accidents de la route graves ou mortels. Les données actuelles et les explications pour connaître et comprendre ce danger encore trop souvent ignoré par les consommateurs.

Consommation de cannabis : plus d'accidents de la route

Un grand nombre d'études portant sur la sécurité routière a montré que les accidents de la route, en particulier les accidents mortels, étaient souvent liés à la consommation d'une substance psychoactive. Ainsi, en République Tchèque en 2008, sur 1040 personnes décédées, dont 778 participantes actifs (cyclistes, piétons, conducteurs) dans un accident de la route, 582 ont été testées positives à l'une des substances suivantes: éthanol, cannabis, opiacés, stimulants, cocaïne, benzodiazépines... Les conducteurs étaient positifs à l'alcool dans 29,2% des cas et au cannabis dans 6,2% des cas (1). Le cannabis étant la drogue la plus consommées, en particulier par les jeunes, il est important d'informer sur le fait que sa consommation est très dangereuse pour la conduite. Qui plus est, la consommation de cannabis par les conducteurs est en augmentation. Des enquêtes ont montré qu'environ 80% des consommateurs de drogues conduisaient après avoir consommé du cannabis (2) (3) (4) Au Canada, le pourcentage de Canadiens qui auraient conduit dans les deux heures suivant la consommation de cannabis est passé de 2,1 % en 1988 à 4,8% en 2004. (5) Le European Monitoring Centre for Drugs ans Drug Addiction a indiqué qu'entre 0,3% et 7,4% des conducteurs avaient été testés positifs au cannabis sur les routes du Royaume Uni, du Danemark, des Pays Bas, de la Norvège, des États-Unis et de l'Australie. (6) L'enquête SAM, menée en France entre 2001 et 2003, permet s'estimer la prévalence du cannabis parmi les conducteurs à 2,8%.(7)
Une méta analyse nous apprend que consommer du cannabis avant de prendre le volant multiplie par 2 le risque de provoquer un accident de la route. (8) Les études épidémiologiques montrent la surreprésentation des conducteurs positifs au cannabis  chez les personnes blessées ou décédées suite à un accident de la route. Une étude publiée en 2005 a montré que les conducteurs contrôlés positifs pour le cannabis étaient trois fois plus impliqués dans des accidents mortels de la route que les conducteurs testés négatifs. (9) Diverses études canadiennes indiquent que 4 à 12% des conducteurs tués ou blessés sur la route avaient consommé du cannabis. (10)Une étude française effectuée sur 11 000 conducteurs impliqués dans 7500 accidents mortels a conclu que 9% des conducteurs étaient positifs au cannabis. Au cours de l'enquête SAM en France 7% des conducteurs impliqués dans un accident mortel se sont révélés positifs au cannabis (THC sanguin>1ng/ ml). Ce taux atteignait 17% chez les moins de 25 ans. (11)

Cannabis et alcool : cocktail à haut risque pour les conducteurs

On a dit plus haut que conduire sous l'effet du cannabis double le risque d'être responsable d'un accident mortel. La combinaison cannabis et alcool multiplie elle le risque d'être responsable d'un accident mortel par 15. (12) Le cannabis est souvent consommé avec de l'alcool lors de soirées festives, par les jeunes surtout. La fréquence des accidents chez les moins de 27 ans est multipliée par 2,5 avec le cannabis seul, par 3,8 avec l'alcool seul et par 4,8 avec l'association alcool et cannabis. (13) Des études ont montré que le cannabis et l'alcool sont les substances les plus souvent retrouvées chez les conducteurs décédés. L'alcool comme le cannabis affecte les capacités de conduire. Et comme les effets du cannabis et de l'alcool se potentialisent, les conducteurs qui consomment les deux ont encore un plus faible contrôle du véhicule. Sur le plan cognitif, cette association est très délétère mais elle l'est aussi sur un plan moteur. Une expérience  menée sur des rongeurs  (expérience du « rotarod », test de coordination motrice des rongeurs) est très révélatrice: un rongeur est posé sur une barre cylindrique horizontale surélevée animée d'un mouvement de rotation uniforme selon son grand axe. Pour ne pas tomber, l'animal doit coordonner ses mouvements et ajuster sa marche aux rotations de la barre. Une alcoolémie de 0,5 g par litre n'a pas d'effet pas plus que l'administration d'une très faible dose de THC. En revanche, quand on associe ces deux produits aux mêmes doses, l'animal tombe. (14)

Consommation de cannabis et conduite: des réflexes réduits

Le cannabis altère les capacités psychomotrices nécessaires à la conduite. C'est le principe actif du cannabis, le THC, qui a des effets neuropsychiques. Ceux-ci apparaissent 15 à 20 mn après l'inhalation de cannabis, un peu plus tard chez les consommateurs chroniques, et peuvent se prolonger pendant plusieurs heures, jusqu'à 24h selon certaines études. (15) (16) En plus de ces effets, apparaissent des troubles de l'attention, des troubles de la vision et de l'ouïe, des perturbations de la coordination psychomotrice. Une étude a montré qu'il y avait une diminution de vitesse de la poursuite visuelle dans le champ central et périphérique 15 mn après l'inhalation de cannabis. (17) Les principaux effets du cannabis sur la conduite ont été montrés par des études menées via des simulateurs: difficulté à maintenir une trajectoire en ligne droite, temps de réaction augmenté, conduite hésitante, difficultés à évaluer les distances et à rouler à une vitesse constante, risque de ne pas pouvoir faire face à l'imprévu, difficultés à se concentrer. (18) Les effets cognitifs et psychomoteurs du cannabis sont dose dépendants.  Une quantité de cannabis correspondant à 25 bouffées altère plus les compétences psychomotrices et les performances cognitives qu'une quantité correspondant à 4 ou 10 bouffées.  (19) Une étude a établi une comparaison approximative entre 16 bouffées à 3,55% de 9-THC et environ 70 g d'alcool. (20) A ces doses, l'altération porte sur la mémoire, les performances cognitives et psychomotrices et sur l'humeur. La conduite automobile est donc plus affectée avec des doses élevées de cannabis. Cependant, même de faibles doses de THC peuvent amoindrir les facultés, d'autant plus si de l'alcool est consommé en même  temps. L’enquête SAM a ainsi montré que même avec des valeurs en dessous de 1 ng/mL de THC, le cannabis était associé à un risque multiplié par 2,18 de responsabilité dans l'accident. Ce risque grimpait à 4,72 pour des concentrations supérieures ou égales à 5 ng/mL. (21)
La conduite sous l'influence du cannabis est un problème préoccupant. Les tests de dépistage rapides de THC dans la salive ne sont pas assez sensibles aujourd'hui pour permettre des campagnes de dépistage systématique. Reste à les améliorer et surtout à continuer d’informer sur les dangers du cannabis.


Références

 (1) Mravcík V, Zábranský T, Vorel F Ethanol and other psychoactive substances in fatal road traffic accidents in the Czech Republic in 2008.Cas Lek Cesk. 2010;149(7):332-6. Czech.
(2) Kubitzki J. Ecstasy im Straßenverkehr. Zeitschrift für Verkehrssicherheit 2001; 47: 178-183.
(3) Albery IP, Strang J, Gossop M, Griffiths P. Illicit drugs and driving: prevalence, beliefs and accident involvement among a cohort of current out-of-treatment drug users. Drug AlcoholDepend 2000; 58(1-2):197-204.(4) Neale J, McKeganey N, Hay G, Oliver J. Recreational drug use and driving: a qualitativestudy. Scottish Executive Central Research Unit; 2000, 103 pages.(5) Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (décembre 2006). Le cannabis et la conduite automobile. Analyse tirée de l’Enquête sur les toxicomanies au Canada de 2004.(6) in Asbridge M, Hayden JA, Cartwright JL. Acute cannabis consumption and motor vehicle collision risk: systematic review of observational studies and meta-analysis. FEV 2012
(7) Groupe SAM, et al., Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière (projet SAM). Synthèse des principaux résultats, 2005
(8) Columbia University's Mailman School of Public Health et Epidemiologic Reviews doi: 10.1093/epirev/mxr017 First published online: October 4, 2011 “Marijuana Use and Motor Vehicle Crashes”
(9) Laumon B., et al., Cannabis intoxication and fatal road crashes in France: population based case-control study. 2005, British Medical Journal, 331, p.1371-4.
(10) Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (2003). FAQ sur le cannabis au volant, Ottawa, CCLAT, 6 p.
(11) Groupe SAM, et al., Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière (projet SAM). Synthèse des principaux résultats, 2005
(12) Groupe SAM, et al., Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière (projet SAM). Synthèse des principaux résultats, 2005
(13) Mura P, Kintz P, Ludes B, Gaulier JM, Marquet P, Martin-Dupont S, Vincent F, Kaddour A, Goullé JP, Nouveau J, Moulsma M, Tilhet-Coartet S, Pourrat O.Comparison of the prevalence of alcohol, cannabis and other drugs between 900 injured drivers and 900 control subjects: results of a French collaborative study. Forensic Sci Int. 2003 Apr 23;133(1-2):79-85.(14) in Jean Constentin, nouveau regard sur le cannabis, Université de Rouen, 2011
(15) Chait LD. Subjective and behavorial effects of marijuana the morning after smoking. Psychopharmacology 1990, 100 : 328-333
(16) Heishman SJ, Huestis MA, Henningfield JE, Cone EJ. Acute and residual effects of marijuana : profiles of plasma THC levels, physiological, subjective, and performancemeasures. Pharmacol Biochem Behav 1990, 37 : 561-565
(17) Fant RV, Heishman SJ, Bunker EB, Pickworth WB. Acute and residual effects of marijuana in humans. Pharmacol Biochem Behav 1998, 60 : 777-784
(18) Ben Amar, M. (2004). «Cannabis : Pharmacologie du cannabis et synthèse des analyse des principaux comité d’experts» Drogues, santé et société, Volume 2, numéro 2
(19) Azorlosa JL, Heishman SJ, Stitzer ML, Mahaffey JM. Marijuana smoking : effect of varying delta 9-tetrahydrocannabinol content and number of puffs. J Pharmacol Exp Ther 1992, 261 : 114-122
(20) Heishman SJ, Arasteh K, Stitzer ML. Comparative effects of alcohol and marijuana on mood, memory, and performance. Pharmacol Biochem Behav 1997, 58 : 93-101
(21) Groupe SAM, et al., Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière (projet SAM). Synthèse des principaux résultats, 2005

Autres sources :

  • Asbridge M, Hayden JA, Cartwright JL. Acute cannabis consumption and motor vehicle collision risk: systematic review of observational studies and meta-analysis. FEV 2012
  • Mir MU, Khan I, Ahmed B, Abdul Razzak J .Alcohol and marijuana use while driving--an unexpected crash risk in Pakistani commercial drivers: a cross-sectional survey.., FEVR 2012
  • Elvik R.Risk of road accident associated with the use of drugs: A systematic review and meta-analysis of evidence from epidemiological studies. Accid Anal Prev. 2012 Jul 9.
  • Drabek M, Andysz A Effects of marijuana and amphetamine (and its derivatives on driving performance based on the driving simulator studies Med Pr. 2011;62(5):551-63. Review. Polish.
  • Gjerde H, Normann PT, Christophersen AS, Samuelsen SO, Mørland J.Alcohol, psychoactive drugs and fatal road traffic accidents in Norway: a case-control study. Accid Anal Prev. 2011 May;43(3):1197-203
  • Fierro I, Morales C, Alvarez FJ.Alcohol use, illicit drug use, and road rage. J Stud Alcohol Drugs. 2011 Mar;72(2):185-93.
  • Mravcík V, Zábranský T, Vorel F Ethanol and other psychoactive substances in fatal road traffic accidents in the Czech Republic in 2008.Cas Lek Cesk. 2010;149(7):332-6. Czech.
  • Zhuo X, Cang Y, Yan H, Bu J, Shen B. The prevalence of drugs in motor vehicle accidents and traffic violations in Shanghai and neighboring cities. Accid Anal Prev. 2010 Nov;42(6):2179-84. Epub 2010 Aug
  • Penning R, Veldstra JL, Daamen AP, Olivier B, Verster JC.Drugs of abuse, driving and traffic safety. Curr Drug Abuse Rev. 2010 Mar;3(1):23-32. Review.
  • Sidlo J.Psychoactive substance-related deaths in road traffic accidents in Slovakia between 2000 and 2007. Bratisl Lek Listy. 2009;110(8):468-71.
  • Lane S et al, Marijuana effects on human forgetting functions, J Expert Anal Behav, 2005
  • Groupe SAM, et al., Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière (projet SAM). Synthèse des principaux résultats, 2005
  • Laumon B., et al., Cannabis intoxication and fatal road crashes in France: population based case-control study. 2005, British Medical Journal, 331, p.1371-4.
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. (2001). Cannabis. Quels effets sur le comportement et la santé ? Paris : Les Éditions Inserm.Ben Amar, M. (2004). Cannabis : Pharmacologie du cannabis et synthèse des analyse des principaux comité d’experts Drogues, santé et société, Volume 2, numéro 2Jean Constentin, nouveau regard sur le cannabis, Université de Rouen, 2011

 

Auteur : Anne-Sophie Glover-Bondeau / décembre 2012

  • icon L'App Stop-cannabis-ch pour Iphone/Android (Gratuit)
  • icon SafeZone.ch
   

SafeZone.ch

SafeZone.ch est un portail web pour la consultation en ligne sur les problèmes d’addiction destiné aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel-le-s et à toute personne intéressée. Les offres de consultation sont gratuites et anonymes. SafeZone.ch est une prestation de l'OFSP en collaboration avec les cantons, les services spécialisés dans les addictions et d'autres partenaires.

 
bandeau bottom
 

Documentation

brochure_cannabis2

Brochures - Livres

 

www.stop-tabac.ch